Histoire

photo_cittaCava de’ Tirreni est un centre ancien, d’une grande importance historique, qui compte aujourd’hui plus de 50.000 habitants répartis entre le Bourg et plus de vingt villages qui donnent à Cava de’ Tirreni la configuration caractéristique de “ville étoilée”.

Les premiers habitants, des “terres de la Carrière”, furent les Tyrréniens, une tribu nomade étrusque, dont la présence est documentée par des pièces archéologiques conservées dans le Musée de l’Abbaye Bénédictine et dans une collection de La ville.  À l’époque des Romains ce fut un des lieux de villégiature les plus connus choisi par la noblesse romaine.
Des ruines de temples et de villas de cette époque, qui appartenaient probablement à la Gens Militia, furent retrouvées dans les anciens villages de Vetranto et S. Cesareo. D’autres ruines d’époque romaine furent découvertes à différents endroits du territoire, surtout au nord, aux limites de l’établissement romain de Nuceria Alfaterna.
Elle fut habitée par les Lombards, dont la civilisation est aujourd’hui témoignée par une série d’anciennes Tours bâties pour le Gioco dei Colombi (Jeu des Pigeons) et par beaucoup de toponymes remontant aux trois siècles de domination lombarde (IXe-XIe siècles).

En 1011 fut fondée l’Abbaye Bénédictine de la SS. Trinità. L’abbé San Pietro I (1079-1123) fonda et édifia au XIe siècle, adossé à la Cénobie Bénédictine, le village de Corpo di Cava, protégé par de hauts murs d’enceinte et par des bastions; c’était le premier établissement moderne de >La ville de Cava.
Aux XIVe et XVe siècles se développa le Bourg Scacciaventi, un remarquable exemple de centre marchand, caractérisé par une route longée d’arcades et d’anciens palais à arcades.
Une route d’une “régularité parfaite”, comme l’écrivait Louis-Edouard Gaultier Du Lys D’Arc dans son “Voyage de Naples à Amalfi” (Paris 1829).

Le 7 août 1349, le Pape Boniface IX accorda par une bulle le statut de ville “aux terres de Carrière”. Ce fut alors que naquit le toponyme de la Cava (la Carrière), une dénomination qui fut modifiée en l’actuelle Cava de’ Tirreni seulement après l’unité d’Italie, suite à un référendum.

Dès 1700 Cava de’ Tirenni constitua une halte importante pour les touristes et les voyageurs. Les peintres napolitains du XIXe siècle l’aimaient pour ses panoramas où prédominent le vert de la nature et les paysages marins. Beaucoup d’artistes de l’École de Peinture des Paysages de Naples, tels que Gigante, Morelli, Palizzi, Van Pitloo, Poussin, peignirent sur toile des vues de la Vallée Metelliana.

Du XVIIIe au début du XXe siècle Cava de’ Tirreni fut la halte obligée d’une grande masse de voyageurs qui faisaient leur Grand Tour.
>La ville de Cava fut visitée par d’importants personnages de l’époque, qui furent ravis par ses beautés, tels que Goethe et Kniep (1787), Hackert (1792), Bourgeois (1804), Michallon (1817), Wan Day (1820), Coignet (1821), R. Keppel Crafen (1821), Lady Blessington (1823-26), Muller (1829), Walter Scott (1831), William Gell (1831), Vanderburch (1833), John Ruskin (1841) et bien d’autres encore.

Après la Grande Guerre (1915-1918) le territoire de Cava de’ Tirreni fut reconnu comme un “Centre de Séjour et de Tourisme”.
Cava de’ Tirreni est une destination touristique de choix : il rassemble la culture, l’histoire, l’architecture, l’art, l’environnement, des bois paisibles et de vertes collines surplombant la mer, des excursions en montagne et des parcours entre la nature et la mer.